A domicile, le Coq surfe la vague Glaz !

Quatre jours après la victoire de Patrick Müller sur le Tour du Limbourg, Bryan Coquard s’est imposé ce mercredi à Béligné (Loire-Atlantique), au terme de la 2e étape du Circuit Cycliste Sarthe Pays-de-la-Loire. Particulièrement en jambes depuis plusieurs semaines, le leader du Vital Concept-B&B Hotels a fait coup double sur ses terres : étape et maillot jaune à la veille de l’étape reine de l’épreuve, via le Mont des Avaloirs.

 

Devant ses proches, ses supporters et après avoir collectionné les places d’honneurs lors de ses dernières sorties, le Coq a débloqué son compteur personnel resté bloqué depuis sa victoire sur la 1ère étape de l’Etoile de Bessèges, voilà deux mois. Deux fois 5e sur Paris-Nice, 2e de Cholet-Pays-de-la-Loire il y a dix jours, 6e de la Roue Tourangelle dimanche dernier ou 3e de la 1ère du Circuit de la Sarthe, Bryan a pu compter sur le travail de Men in Glaz soudés à ses côtés pour faire parler sa pointe de vitesse dans un final pour acrobates.

 

Hommage du Coq à son grand-père

 

«Nous sommes passés à sept reprises sur la ligne d’arrivée du circuit final et chacun connaissait la configuration des derniers hectomètres, analysait le Coq sous le regard d’un public acquis à sa cause. Nous étions encore quatre du club dans le final et, finisseurs ou grimpeurs, chacun a fait un super taf. Je pense que toute l’équipe est soulagée après cette victoire. A l’approche du dernier tour, j’avais dit à Kevin (Reza) qu’il pouvait me déposer au dernier virage, à 300 mètres de l’arrivée. Mon plan était de le passer à fond, sans freiner, et d’en sortir à pleine vitesse. Ma condition physique est très bonne en ce moment. Hier, Van Der Poel était plus fort, avec plus de giclette que moi, mais j’étais dans le match et j’ai eu raison de croire en mes chances aujourd’hui.»

 

Avant de tomber dans les bras de ses équipiers Vichot, Pacher, Gautier, Müller et Reza, Bryan a franchi la ligne d’arrivée en pointant l’index au ciel, en hommage à son grand-père décédé il y a un mois. «J’aurais aimé gagner pour lui plus tôt mais c’est bien de le faire aujourd’hui. Devant sa télévision, on se dit que le métier de coureur cycliste professionnel est très beau… C’est vrai mais on vit tous des périodes difficiles. Je n’avais pas pu me rendre à ses obsèques car je devais être au départ de Paris-Nice dans une période importante pour le club. Aujourd’hui, c’est un soulagement de gagner en sa mémoire.»

 

Qui pour rivaliser avec Van der Poel à Pré-en-Pail ?

 

Au pied du podium, le sprinteur offrait le bouquet du vainqueur à sa grand-mère et lui dédiait son succès du jour. Maillot jaune sur le dos, il se projette sur les deux dernières étapes de l’épreuve en gardant la tête sur les épaules, soucieux de voir l’un des Men in Glaz poursuivre la bonne série du club. «Je ne suis pas le coureur désigné pour le classement général. Quentin (Pacher) et Patrick (Müller) sont en très bonne forme et l’arrivée de demain, à Pré-en-Pail, leur convient davantage qu’à moi. Ce sont eux nos pièces maîtresses pour le final et garder le maillot ne sera pas une priorité. L’essentiel sera que nos grimpeurs puissent jouer la victoire.»

 

Directeur sportif du Vital Concept-B&B Hotels sur les routes des Pays-de-la-Loire, Didier Rous confirmait ce pronostic, tout en soulignant le travail accompli sur cette 2e étape. «Nous étions venus sur le Circuit de la Sarthe pour gagner une étape, c’est désormais chose faite. Bryan a récompensé le travail effectué autour de lui par tous les gars mais ce sera plus dur pour lui demain. Face à un coureur comme Mathieu Van Der Poel qui marche vraiment fort, je ne vois pas grand monde capable de rivaliser.»

 

Avant de se tourner vers le Mont des Avaloirs, point culminant du Massif Armoricain situé à la frontière entre la Mayenne et l’Orne, Bryan et l’ensemble du club comptaient bien profiter de la victoire du jour, la 5e des Men in Glaz en 2019 et la 38e du Coq depuis ses débuts professionnels. «Il faut savourer ces moments car, au final, ils sont rares dans une saison», soulignait le jeune homme, philosophe, tourné vers l’avenir et résolu à prouver la valeur de tout un groupe. Quelques heures après son succès en Loire-Atlantique, il apprenait, sourire aux lèvres, que ses coéquipiers belges Kris Boeckmans et Jonas Van Genechten terminaient respectivement 6e et 11e du GP de l’Escaut. Les Glaz peuvent être fiers de leur journée et confiants en l’avenir.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84