Arthur Vichot de retour à l’entraînement

Arthur Vichot de retour à l’entraînement : «Il y a beaucoup de travail mais ça ne me fait peur»

 

Au repos depuis mi-avril afin d’éliminer un virus présent dans son organisme, le Franc-Comtois a repris le chemin de l’entraînement voilà une semaine. Sur un mode progressif, qu’il prolongera ces prochaines semaines dans le but d’effectuer une deuxième partie de saison à la hauteur de son talent et de son palmarès. Actuellement sur la côte varoise afin de bénéficier de conditions météo clémentes, l’ancien double champion de France connaît la marche à suivre pour retrouver la (grande) forme.

 

«Pour être honnête, je n’ai pas vraiment senti de différence entre le début de ma coupure et ma reprise, confie Arthur. Le virus dont je souffrais n’avait pas d’incidence sur ma vie de tous les jours, il affectait juste mes performances sur de gros efforts ou dans des courses à étapes, typiquement. Au quotidien, je ne ressentais pas d’épuisement et ce n’est que lundi, en prenant connaissance des résultats de ma dernière prise de sang, que j’ai compris que je pouvais reprendre ma vie de sportif de haut-niveau. J’ai malheureusement plusieurs fois vécu ces périodes de reprise où tu repars de zéro. Ma première sortie, lundi dernier, m’a rappelé combien ce sport est dur… J’ai passé la semaine à rouler entre 1h30 et 2h par jour, collé de chez collé. Cette semaine, j’ai rajouté une heure quotidienne à mon programme et, pour la première fois, j’ai dépassé les 30 km/h de moyenne hier (mardi). La semaine prochaine, je continuerai d’augmenter les distances puis il sera temps de reprendre un entraînement de qualité, avec de longues sorties, du travail en force et des intensités. Ce sera long mais ça ne me fait pas peur.»

 

 

Au repos malgré lui, le Doubiste a tâché de se détacher le plus possible du monde cycliste… sans toujours y parvenir. «J’ai bien coupé et pu m’adonner à des activités dont les coureurs sont privés en saison. Visiter des villes, des lieux historiques, balader avec les copains sans se poser des questions… J’ai également regardé quelques courses à la télé et ce ne fut pas toujours facile. J’aime ces épreuves d’avril-mai, qui coïncident avec le retour des beaux jours, et j’ai pu voir que l’équipe marchait bien. Gagner le Tour de Bretagne et une étape des 4 Jours de Dunkerque face à la concurrence qui y régnait, c’est super. Malheureusement, nous ne sommes pas épargnés par les pépins et les chutes de Jimmy (Turgis) et Cyril (Gautier), la semaine passée, sont de rudes coups. J’ai hâte que l’on se retrouve tous ensemble sur les courses, en pleine possession de nos moyens, pour peser sur la fin de saison et apporter les résultats significatifs que le club mérite.»

 

Pendant ses quatre semaines d’arrêt, l’expérimenté puncheur a eu le temps de réfléchir aux aléas de la vie de cycliste professionnel et aux rendez-vous qui l’attendent. «J’ai une tendance naturelle à me retourner le cerveau et à noircir le tableau mais ces périodes d’arrêt permettent de faire le point sur ce qui va ou ne va pas, sur ce qui se présentera plus tard et sur la valeur des choses ou l’importance des proches. Je ne me fixe pas encore d’échéances précises car mes sensations sur le vélo conditionneront mon programme d’entraînement puis la date de ma reprise. Ne pas faire le Tour de France est, en ce qui me concerne, sans doute un mal pour un bien. Je ne me mettrai pas la pression pour reprendre à la hâte et j’ai devant moi de longues semaines pour me préparer en vue de la deuxième partie de saison, riche en très belles courses.»

 

Après une semaine passée dans le sud de la France, Arthur rentrera à Besançon et goûtera aux joies de la fin de printemps franc-comtois. Sur son vélo et les voyants aussi verts que les collines et prairies environnantes. L’heure est au travail dans l’ombre et en silence. «Pour l’instant, je n’ai pas grand-chose à raconter, conclue le jeune homme. C’est boulot, boulot, boulot et j’ai hâte de me sentir à nouveau coureur cycliste.»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84