Bryan Coquard décroche en Mayenne la 10e victoire Glaz de la saison

Jusqu’au bout des Boucles… le Coq décroche en Mayenne la 10e victoire Glaz de la saison

 

Quel final ! Au terme d’un suspense hitchcockien, Bryan Coquard s’est imposé dans les rues de Laval sur la dernière étape des Boucles de la Mayenne. Alors que des échappés ouvraient la route dans les ultimes hectomètres, le travail du Vital Concept-B&B Hotels entamé une quarantaine de kilomètres plus tôt a été récompensé in extremis. 6e du classement général le matin au départ de Cossé-le-Vivien, «Le Coq» termine l’épreuve sur la troisième marche du podium, au soir de son cinquième succès cette saison.

 

«C’est très plaisant de gagner sur les Boucles, en particulier sur une arrivée comme celle-là, dure, pentue, confiait le vainqueur du jour sitôt la ligne franchie. On était encore assez loin des échappés à 500 mètres de l’arrivée. Kévin a roulé à fond pour rentrer sur les échappés et j’ai fait mon effort aux 150 mètres. Avec mon poids, je suis plutôt avantagé sur ce type d’arrivée. Avec Kévin, on se connaît bien, on s’entend bien et nous n’avons pas eu besoin de nous parler. Il n’a pas hésité à se donner à fond pour me ramener dans le final et quand j’ai confiance en moi, je n’hésite pas à lancer les sprints de loin.» Revenu sur Kévin Le Cunff, finalement 2e de l’étape, dans les tout derniers mètres, Bryan Coquard a eu raison de prolonger son effort jusqu’à la ligne. «Je me suis assez fait tirer les oreilles pour m’être relevé trop tôt et m’être fait «sauter» sur la ligne à deux reprises dans ma carrière. Là, les rôles s’inversent et je ne suis pas sûr que je l’aurais battu s’il n’avait pas coupé son effort… »

 

Tombé dans les bras de son leader une fois la victoire Glaz décrochée, Kévin Réza avouait avoir pris un réel plaisir à emmener «Le Coq» dans les derniers hectomètres. «Il faut avoir la santé pour le faire mais c’est simple et naturel car j’estime vraiment Bryan, reconnaît le Francilien, poisson pilote du sprinter nazairien sur l’épreuve mayennaise. Dans le final, Jimmy (Engoulvent, le directeur sportif de l’équipe) nous a aiguillés à merveille et les jambes de Bryan répondaient bien. Le plan a parfaitement fonctionné et on le doit à la très grande forme de Bryan en ce moment. Nous savions que si le peloton se présentait groupé au pied de la dernière difficulté, il y avait des chances qu’il s’impose. Je connais Bryan depuis longtemps et, ces dernières semaines, je le retrouve aussi fort qu’il y a deux ou trois ans. Il sait faire, il est bien dans sa tête et physiquement et tout se passe très bien. Après la première étape où nous étions passés à côté de notre sujet à cause du froid et de la pluie, nous nous sommes dit les choses franchement, nous avons tiré le constat qu’il fallait, nous nous sommes remobilisés et le résultat est là. L’équipe a répondu présent et nous espérons que cela se poursuive ces prochaines semaines.» Après avoir perdu Justin Mottier au lendemain du prologue dans ses rues de Laval, les Men in Glaz ont en effet abattu un solide travail autour de leur leader, par l’intermédiaire d’Adrien Garel, Jonas Van Genechten, Julien Morice et, donc, «La Rez».

 

A la baguette sur ces Boucles de la Mayenne, Jimmy Engoulvent tirait un bilan très satisfaisant des quatre jours de course dans l’Ouest. «Les conditions climatiques ont durci la course dès le deuxième jour et pas mal de coureurs ont été éjectés du classement général le soir-même. Nous savions que ce serait compliqué de renverser le classement général mais, au final, il ne nous manque pas grand-chose. Thibaut Ferasse et son équipe ont bien couru hier et ont bien défendu leur position aujourd'hui. Bravo à lui, à eux. Au soir de la première étape, nous étions tous déçus car Bryan pouvait viser le classement général. L’addition de facteurs défavorables ont fait qu’il s’est retrouvé esseulé mais il a roulé seul pour rester dans le jeu. Aujourd’hui comme hier, il a prouvé qu’il était sans doute le plus fort sur cette course. C’est bien. Les gars ont tous couru autour du Coq avec de la volonté et une pleine confiance en lui. C’est un peu frustrant de ne pas avoir pu se battre «à la pédale» le deuxième jour mais c’est bien de gagner une étape, toutes les équipes ne l’ont pas fait. Dans le cyclisme, les plans que nous pouvons élaborer à l’avance peuvent toujours être bouleversés par des coups tactiques ou des aléas météo. Nous avons fait le maximum et sommes restés soudés autour de Bryan. Il termine 3e du classement général, avec de très bonnes jambes. Qu’il les garde le plus longtemps possible.»

 

Après ses succès à l’Etoile de Bessèges, au Circuit de la Sarthe, au GP Marcel Kint, aux Quatre Jours de Dunkerque et en Mayenne, «Le Coq» sera au départ du Tour de Belgique, mercredi. Avec de nouveau l’ambition de lever les bras. A 27 ans, Bryan a remporté à Laval son 41e succès professionnel. Son travail combiné à celui des Men in Glaz paient. Et son talent ne se dément pas.

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84