Max et Coco, duo Glaz et audacieux

Max et Coco, duo Glaz et audacieux

 

On connaissait Dupont et Dupond, Laurel et Hardy, Wallace et Grommit... Voici Max et Coco ! Alignés parmi les Men in Glaz au départ de Paris-Camembert, ce mardi, Maxime Cam et Corentin Ermenault se sont lancés dans une échappée à deux qui aura tenu les suiveurs en haleine pendant une grosse centaine de kilomètres. Repris à l’entrée de la course dans sa partie la plus vallonnée, le duo du Vital Concept-B&B Hotels aura vécu une expérience inédite chez les professionnels, improvisée sur le terrain et dont ils témoignent sitôt descendus de vélo.

 

«Ce n’était vraiment pas préparé, explique Maxime Cam, qui aura été le dernier des deux hommes à lâcher prise face au futur vainqueur, Benoît Cosnefroy, 130 kilomètres plus loin. Après 10 kilomètres de course, dans un faux-plat montant, le peloton était en file indienne et j’ai vu qu’une cassure s’était formée à hauteur de la 15e place. En remontant vers la tête, j’ai doublé Coco et lui ai dit « Ca a cassé, il faut insister ! ». Il s’est calé dans ma roue et a relayé. Seul Pierre-Luc Périchon nous a suivis alors qu’on relançait mais il s’est relevé quand le peloton a soufflé un peu. Seuls à l’avant, nous avons un peu levé le pied en espérant que quelques coureurs ressortent et viennent nous prêter main forte. Finalement, personne n’est rentré et nous voilà lancés…» Entre le grand Picard (1,88 m) et le petit Breton (1,69 m), l’entente était évidemment cordiale voire idéale... surtout pour le Finistérien. «Coco ne devait pas avoir beaucoup d’abri dans ma roue mais moi j’étais bien, sourit le coureur de Landerneau. Nous avons tâché de prendre de longs relais et je passais devant dans les parties techniques, en tâchant de négocier au mieux les trajectoires. On s’encourageait régulièrement et, en fonction des écarts qui nous étaient communiqués, nous analysions l’attitude du peloton de loin.» 

 

Deux jours après Roubaix...

 

Des courbatures partout dans le corps quarante-huit heures à peine après avoir terminé Paris-Roubaix pour la première fois de sa carrière, Corentin fut l’élément déclencheur de ce coup de folie. «J’ignorais comment je me sentirais car je n’avais clairement pas totalement récupéré de la course de dimanche, confie l’ancien champion d’Europe de poursuite. Quand j’ai vu ce vent de côté après 10 kilomètres, j’ai accéléré et nous sommes partis. Ensuite, ce fut une sorte de bras de fer avec le peloton et, pour être honnête, j’aime bien ce genre de mano a mano. Cela allait car, avec Max, nous sommes de la même équipe mais les relais reviennent bien vite à deux… Dans les bosses, nous avons perdu du temps rapidement. Une fois repris par le peloton, je n’étais plus très frais et j’ai été contraint d’abandonner vingt kilomètres plus loin. Cela fait du bien de passer la journée à l’avant mais c’est dommage que cette opportunité se soit présentée seulement deux jours après Paris-Roubaix.»

 

Seul Glaz capable de suivre les contre-attaquant revenus de l’arrière, Max Cam aura résisté jusqu’à 39 kilomètres de l’arrivée. «Quand Cosnefroy est rentré sur nous, il était une jambe au-dessus. Je me suis accroché le plus longtemps possible avant de mettre la flèche à vingt kilomètres de l’arrivée. Un beau programme m’attend dans les jours et semaines à venir et cela ne valait pas la peine d’ajouter de la fatigue aux efforts accomplis aujourd’hui. Les jambes tournent bien et je courrai le Tour du Finistère, samedi, puis le Tro Bro Leon, lundi, avant de disputer le Tour de Bretagne. Des courses très importantes pour moi, sur lesquelles j’aimerais évidemment briller.»

 

Sur ses terres et devant son public, le champion de Bretagne du contre-la-montre tâchera de profiter de sa bonne condition du moment, bien peaufinée sur les routes normandes, ce mardi. En cela, la sortie des deux Glaz au grand air se sera sans doute avérée bénéfique. Entre Pont-Audemer et Livarot, les deux audacieux ont inventé aujourd’hui le concept du «derrière Glaz».

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84