Paede, à l’heure à Innsbruck

En lice dans la course en ligne Espoirs des Championnats du Monde route au sein de la sélection nationale suisse, Patrick Müller tâchera de porter haut les couleurs Glaz et Noir, ce vendredi à Innsbruck (Autriche). À 22 ans, le néo-professionnel du Vital Concept Cycling Club participera à ses cinquièmes Mondiaux et endossera le rôle de guide pour ses compatriotes, tous pensionnaires d’équipes amateurs ou Continentales. «J’ai cette tendance naturelle à prendre la parole pour exprimer mon opinion et apporter mon expérience, notamment sur le plan tactique», reconnaît «Paede», qui estime avoir tout à gagner à participer à l’épreuve Espoirs.

 

«Sur la ligne de départ, il y aura des amateurs et des professionnels appartenant au World Tour mais, au final, personne ne se souviendra si celui qui vous a battu était amateur ou courait dans une catégorie inférieure à la vôtre. Et si vous gagnez, vous décrochez le maillot arc-en-ciel. Vous êtes champions du Monde !»

 

Un parcours moins effrayant qu'en Élite

 

Au terme d’une saison 2018 perturbée par des douleurs à l’artère iliaque et marquée par une intervention chirurgicale qui l’aura écarté des pelotons de fin avril à fin juillet, Patrick compte terminer son année sur une bonne note, dans un rendez-vous majeur du calendrier international. «J’ai observé une grande coupure et ai mis du temps à revenir. Ce n’est pas la saison dont je rêvais mais elle me permettra de progresser.» Depuis sa reprise au Tour de Wallonie, celui qui a participé à l’ensemble des classiques de printemps sous le maillot Glaz a progressivement reconstruit sa condition physique et effectué sa préparation finale au Tour du Doubs, au GP de Wallonie puis aux côtés de ses coéquipiers de la sélection helvétique.

 

«Nous avons couru les Coppa Agostoni et Bernocchi en Italie avant de vivre un stage de deux jours à Macolin, où j’ai terminé mon service militaire en début d’année.» À la bagarre avec Moscon, Bardet et les costauds sur le front transalpin, le polyvalent suisse est ensuite parti disputer le Tour du Gévaudan. Le voici en approche d’Innsbruck, prêt à affronter les reliefs des environs. «Le parcours Espoirs n’est pas aussi effrayant que celui des Elite, relativise celui qui vit sa dernière année dans la catégorie réservée aux moins de 23 ans. Nous aurons la même partie en ligne, pendant 85 kilomètres, puis entrerons sur le circuit final que nous parcourrons quatre fois (contre sept pour les Elite), sans avoir à escalader cette côte très raide dont tout le monde parle en vue de dimanche. Je vois bien un petit groupe se jouer la victoire mais nous sommes nombreux à être, a priori, capables de tenir la distance.»

 

«Sur un mondial, qui ne rêve pas ?»

 

Sur les 179,9 kilomètres du tracé autrichien, Paede pourrait rêver tout haut mais on le retrouve davantage réaliste, fidèle au coureur et au jeune homme que chacun côtoie au quotidien au sein du Vital Concept Cycling Club. «Au départ d’un Championnat du Monde, qui ne rêve pas ? Tout le monde, ou presque, s’imagine capable de décrocher le titre mais je préfère rester concentré sur l’échéance de vendredi. Arriver dans les meilleures conditions possibles, mettre toutes les chances de mon côté et profiter du soutien de mes amis et de ma famille, qui auront fait le déplacement.» Ils seront vraisemblablement trois coureurs suisses à être en mesure de jouer leur carte dans le final, dont Patrick. «Marc Hirschi, notre champion d’Europe, sera sans doute celui qui sera le plus observé mais, au final, tout dépendra de nos sensations respectives. Une course d’un jour reste, par définition, unique et celui qui est le plus fort un jour ne l’est pas forcément le lendemain.»

 

Pour sa dernière course dans les rangs Espoirs, l’ancien champion de Suisse de la catégorie tâchera de ne pas se laisser submerger par l’émotion. «Les Championnats du Monde sont toujours un moment spécial dans la saison. Il y a beaucoup de spectateurs, des médias du Monde entier, la télévision en direct… Je me réjouis d’y participer même si ce sera ma dernière course au sein de cette équipe où j’ai bénéficié du soutien du sélectionneur (Danilo Hondo) durant quatre ans. Il m’a beaucoup appris et je me revois à mes débuts dans cette sélection. J’étais le plus jeune et j’observais… Aujourd’hui, c’est moi le plus ancien. Que la vie passe vite !» Et que les opportunités filent, parfois. Saisir les occasions, profiter de ce rendez-vous si particulier et, peut-être, vendredi après-midi… Chuuut, Patrick ne rêve pas. Ou si peu. «De toute façon, les rêves, on les garde pour soi…»

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84