Tanguy Turgis, expert en formation

Tanguy Turgis, expert en formation

 

A 21 ans, Tanguy n’est plus coureur mais garde l’amour du vélo chevillé au corps. L’ancien espoir du club, néo-professionnel l’an passé, côtoie d’autres anciens coureurs pros dans la promotion réservée aux sportifs de haut niveau, où les enseignements théoriques s’accompagnent de sessions pratiques, que Tanguy partage entre les rangs du VCP Loudéac et du Vital Concept – B&B Hotels.

 

Après avoir assisté Yvonnick Bolgiani sur les dernières étapes du Tour de Bretagne puis Jimmy Engoulvent, la semaine passée sur les Boucles de la Mayenne, « Mini Turgis » officiera pour la première fois sur une épreuve World Tour, le plus haut niveau de compétition. Aux côtés de Didier Rous pour la 7e étape courue entre Saint-Genix-les-Villages et Les Sept Laux-Pipay (133 km), le jeune homme sera dans un rôle d’observateur nécessaire à son apprentissage. En montagne et face aux plus grosses formations du cyclisme international, il s’apprête à découvrir un nouveau Monde.

 

«Mon père étant président de l’US Métro et venant moi-même d’une famille où le cyclisme compte énormément, je connaissais un peu l’envers du décor et la façon de préparer des courses avant d’entamer ma formation, confie le benjamin de la fratrie Turgis. Mais j’ai été surpris par le temps que les directeurs sportifs du club passent à préparer leurs briefings. En tant que coureur, je les écoutais souligner les trois ou quatre points phares auxquels il fallait porter attention avant ou pendant la course. Sur le Tour de Bretagne ou aux Boucles de la Mayenne, j’ai compris que ce n’était pas trois ou quatre éléments ou endroits stratégiques que les DS (directeurs sportifs) préparaient en amont, mais parfois une vingtaine. Sur leurs cartes, via des logiciels comme Google Earth ou grâce à des vidéos des éditions passées ou qu’ils ont tournées eux-mêmes quelques jours plus tôt, ils ne laissent rien au hasard. C‘est une face du métier que j’ignorais avant de les côtoyer.»

 

 

Entouré de Didier et Gilles, les deux autres techniciens du Vital Concept – B&B Hotels, l’apprenti s’apprête à vivre sur le Critérium du Dauphiné de nouvelles aventures aux côtés de directeurs sportifs ô combien expérimentés. «Sur le Tour de Bretagne, j’ai vécu ce que vit DS au quotidien. Entre le trajet du Centre de Performance vers le départ de l’étape pour y effectuer des coupes, le retour à l’hôtel puis la préparation de l’étape du lendemain… J’ai fini cramé. Pas forcément de la même manière que lorsque j’étais coureur mais j’ai eu un énorme coup de barre avant de passer à table.» Sur la dernière étape du Tour de Bretagne, Tanguy a vécu des sensations fortes grâce à la victoire finale de Lorrenzo Manzin, décrochée grâce aux bonifications et à une stratégie définie le matin-même. «La donne était simple sur le papier : si tout se goupillait bien tout au long de la journée, Lorrenzo devait terminer dans les trois premiers de l’étape pour empocher le Général, rappelle le plus intarissable des Men In Glaz. J’avais couru sur ce même circuit, à Saint-Pol-de-Leon, alors que j’étais encore Espoir et je savais qu’il serait usant avec ses nombreuses relances et ses pavés. A mes yeux, il ne faisait aucun doute que si «Lolo» négociait le dernier virage en tête, il ne pourrait pas être remonté par plus de deux coureurs… et empocherait donc les bonifications nécessaires à sa victoire, quitte à laisser filer l’étape. Grâce au travail collectif réalisé autour de lui, c’est exactement ce qu’il a fait et la satisfaction collective fut à la hauteur du travail abattu pour Lorrenzo au cours de la semaine.»

 

Un mois plus tard, Tanguy est monté d’un cran sur les Boucles de la Mayenne, passant quatre jours aux côtés de Jimmy Engoulvent et d’un effectif emmené par Bryan Coquard, son ancien leader au sein du Vital Concept – B&B Hotels. «Pendant quatre jours, j’ai pu vérifier ce que je ressentais lorsque j’étais coureur et que j’avais pu valider depuis le début de ma formation au DEJEPS : mieux vaut fixer aux coureurs trois ou quatre objectifs principaux, intermédiaires, qui les amèneront à l’objectif final plutôt que leur donner uniquement la finalité du jour. A la limite, peu importe les petits détails ou aléas que les coureurs rencontreront à tel ou tel kilomètre ou dans la traversée de tel ou tel village. Ce qui compte, c’est de savoir quelle sont leurs tâches, étalées dans la journée et dans un nombre raisonnable, pour amener leur leader là où il faut en fin de course.» En Mayenne encore, Tanguy a vécu les joies du succès grâce à la victoire du Coq sur la dernière étape, dans les rues de Laval. «J’ai pu en profiter différemment de celle décrochée par Lorrenzo, explique le jeune passionné. En Bretagne, nous étions sûrs de nos calculs mais avions dû attendre la confirmation du résultat par le jury des commissaires. Là, Jimmy s’est garé dans le final pour regarder les images à la télé et nous avons pu vivre cela posément puis exploser de joie après deux dernières étapes où tout s’était déroulé comme défini lors des briefings. Cette fierté de rebondir après avoir vécu une déception un jour, savoir transmettre son orgueil et faire passer aux coureurs le message qu’il faut, avec ses mots à soi tout en sollicitant leur attention … Sur l’avant-dernière étape où l’équipe a piégé le Maillot Jaune et ses équipiers, puis lors de cette victoire de Bryan, tout s’est déroulé comme Jimmy l’avait souhaité et expliqué. J’espère pouvoir, moi aussi, bientôt transmettre de cette manière.»

 

Contraint de mettre un terme à sa carrière de coureur voilà neuf mois à cause d’une malformation cardiaque, Tanguy est sans doute promis à un bel avenir dans la peau d’un directeur sportif, chez les amateurs ou dans les rangs professionnels. Une chose est sûre, il semble posséder ce quelque chose qui compte tant dans l’univers de la compétition cycliste : la barraka, la réussite. Sur chacun de ses déplacements à leurs côtés, les Men In Glaz ont décroché un succès. Série en cours et à poursuivre… Dès ce week-end, sur le Dauphiné ?

Nos partenaires

Vous êtes dirigeant d’entreprise et souhaitez basculer du côté glaz de la Force ? Contactez-nous sans plus attendre : tdesmasures@pce.bike / 06.32.45.28.84